EXCEPTIONNELLE JARDINIERE DE BARBEDIENNE…

Lot 137
40 000 - 50 000 €uros
Résultat: 143 200 €uros

EXCEPTIONNELLE JARDINIERE DE BARBEDIENNE…

EXCEPTIONNELLE JARDINIERE DE BARBEDIENNE ET EDOUARD LIEVRE (ATTR.)
Attribuée à Edouard Lièvre (1828-1886), pour la Maison Barbedienne (1838-1955).
Modèle similaire au Musée des Arts Décoratifs dans La salle “Fantasmes et tentations symbolistes”.
Jardinière de commande, reposant sur un piétement tripode en bronze patiné et doré, imitant le bambou, orné de petits dragons, de tortues et d’un chien de Fo assis sur la base circulaire posée sur trois pieds en forme de têtes d’éléphants. L’ensemble est surmonté d’une paire de dragons qui enserrent une coupe à motif de poissons, d’une figure féminine et d’animaux marins fantastiques en bas reliefs.
La coupe centrale est probablement plus ancienne.
Le guéridon a été exécuté et signé par le fondeur Ferdinand Barbedienne sur un dessin d’Edouard Lièvre, vers 1880.
Outre qu’elle illustre les développements du goût japonisant, cette pièce saisissante appartient à la tendance symboliste dominée par des visions d’horreur, où les dragons occupent une place essentielle.
Ceux de la jardinière sont très proches du brûle-parfum rapporté par Cernuschi (inv. M.C. 2082), dont la collection avait été présentée à Paris en 1873. A l’occasion de cette exposition, la Maison Barbedienne avait ré-assemblé le grand Bouddha, première et forte expérience d’intervention sur des objets fabriqués au Japon. L’étape suivante a consisté à utiliser des fragments d’œuvres extrême-orientales pour les intégrer dans des meubles et objets éclectiques, que Lièvre a créés avec une grande liberté, comme son contemporain Gabriel Viardot.
Epoque XIXème siècle
H : 138 cm ; D: 85 cm

ATTENTION : Pas d'enchères sur le live pour ce lot.
Garanties bancaires exigées pour enchérir sur ce lot.
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue